Passer à l’énergie solaire en entreprise : quelques étapes incontournables !

Passer à l’énergie solaire en entreprise : quelques étapes incontournables !

L’énergie solaire, propre et économique, émerge comme une solution d’avenir renouvelable. Pour les entreprises, elle devient un levier stratégique, non seulement pour réduire leurs dépenses énergétiques, mais aussi pour renforcer leur responsabilité environnementale.

Adopter cette énergie, c’est clairement manifester un engagement vers la transition écologique. Alors, comment concrètement intégrer le solaire dans le paysage professionnel ? Cette transition demande une mûre réflexion et une préparation méticuleuse. Explorons les étapes essentielles pour concrétiser ce projet ambitieux.

Faire un diagnostic énergétique

Initier sa transition vers le solaire commence par une analyse approfondie de la consommation énergétique de votre entreprise. Cette évaluation englobe une étude de vos habitudes de consommation électrique, la compréhension de vos nécessités spécifiques, la prise en compte des contraintes potentielles et la définition claire de vos ambitions.

Grâce à cet audit énergétique, vous pourrez non seulement évaluer la pertinence de l’énergie solaire pour votre secteur d’activité, mais également définir le type d’installation le plus adapté. Cette étude guide également la décision concernant la capacité nécessaire de votre installation, tout en vous donnant une estimation budgétaire réaliste pour mener à bien le projet. Pour mener cette étape à bien, vous pouvez vous rendre sur https://www.colibri.solar/ et faire appel aux meilleurs professionnels en matière de transition énergétique.

Choisir le mode de financement

Financer votre projet solaire est une étape cruciale, et la stratégie adoptée dépendra fortement de votre contexte financier, fiscal et juridique. Plusieurs avenues se présentent donc à vous.

energie-verte

Commencer par l’autofinancement peut être une option envisageable. Dans cette démarche, c’est vous qui prenez en charge l’achat et l’installation des panneaux solaires. Bien que cette alternative soit simple et potentiellement la plus rentable sur le long terme, elle implique un investissement initial conséquent.

Si l’autofinancement semble hors de portée, tourner vers un crédit bancaire pourrait être judicieux. Avec cette méthode, vous sollicitez un prêt auprès d’un organisme financier pour couvrir les coûts de votre projet. L’idée séduisante ici est de rembourser ce prêt grâce aux économies réalisées sur votre facture énergétique, ou encore via les revenus engendrés par la vente d’un surplus énergétique.

Une autre approche serait d’envisager un contrat de location. Dans ce scénario, un prestataire extérieur installe et entretient les panneaux solaires que vous louez. Si cette option élimine le besoin d’un investissement initial, elle présente toutefois des inconvénients, notamment l’inaccessibilité à certains aides financières ou avantages fiscaux associés à l’énergie solaire.

Enfin, le contrat de partenariat peut être une solution intéressante. En collaboration avec un partenaire financier, ce dernier prend en charge le financement, l’installation et l’exploitation des panneaux sur votre site. En échange, vous lui offrez le droit d’exploiter votre espace pour l’installation solaire et vous achetez l’électricité produite à un tarif préférentiel, généralement inférieur au tarif standard. Cela vous permet de bénéficier de l’énergie solaire sans vous soucier des coûts initiaux ou de la maintenance des équipements.

Choisir le type d’installation

La nature de votre installation solaire sera principalement déterminée par vos habitudes de consommation, l’espace dont vous disposez et les contraintes réglementaires en place. En matière d’énergie solaire, deux choix prédominants s’offrent à vous.

D’une part, l’installation en autoconsommation, où l’énergie produite par vos panneaux solaires est immédiatement utilisée pour alimenter vos appareils et équipements. Cette approche a le double avantage de réduire votre dépendance vis-à-vis du réseau électrique tout en diminuant vos dépenses énergétiques. De plus, si vos panneaux produisent un excédent d’électricité, vous avez la possibilité de le commercialiser auprès d’un fournisseur d’électricité ou d’un opérateur local.

panneaux-photovoltaiques

D’autre part, et c’est une voie tout aussi intéressante, il y a l’option de l’installation en vente totale. Dans cette configuration, plutôt que de consommer l’énergie que vous produisez, vous la vendez dans son intégralité à un fournisseur d’électricité ou à un opérateur de votre région. Ce modus operandi est attrayant, car il vous garantit un tarif d’achat fixe pendant 20 ans, instaurant ainsi une source de revenus stable. Toutefois, il est crucial de noter que vous demeurerez raccordé au réseau électrique, assurant ainsi un approvisionnement constant pour vos besoins.

Choisir le matériel

S’assurer de la performance et de la longévité de votre installation solaire repose en grande partie sur le choix judicieux du matériel. Cette décision englobe plusieurs dimensions qu’il convient d’explorer avec attention.

Primo, la qualité des panneaux solaires revêt une importance capitale. On trouve sur le marché une variété de panneaux, se distinguant chacun par leur rendement, leur robustesse et même leur allure. Parmi les plus populaires, citons les panneaux monocristallins, polycristallins et amorphes.

Secundo, la puissance de ces panneaux, exprimée en kilowatts-crête (kWc), est à prendre en compte. Cette puissance illustre le potentiel maximal de production d’un panneau sous des conditions d’ensoleillement optimales. Il est donc essentiel de veiller à ce que cette puissance soit en adéquation avec vos besoins énergétiques tout en s’adaptant à l’espace que vous avez à disposition.

Tertio, poursuivons avec l’onduleur, ce composant clé qui transforme le courant continu généré par les panneaux en courant alternatif, compatible avec notre réseau électrique. Le marché vous proposera principalement deux types : l’onduleur central, qui canalise la production de plusieurs panneaux, et le micro-onduleur, intégré directement sur chaque panneau.

Enfin, ne négligez pas le système de fixation. Qu’il s’agisse d’ancrer vos panneaux sur une toiture, un terrain ou même une ombrière, ce système doit être à la fois robuste et adapté aux spécificités de votre emplacement.

Choisir le prestataire

Choisir le bon prestataire pour concrétiser votre installation solaire est une étape pivot, assurant la pérennité et la qualité de votre projet. L’importance de collaborer avec un professionnel à la fois qualifié, chevronné et ayant une réputation solide ne saurait être sous-estimée. 

Pour guider ce choix, il est judicieux de commencer par examiner les certifications et les labels du prestataire. Ceux-ci sont les témoins de son engagement à respecter les standards de qualité, de sécurité et d’écologie. Parmi les plus notoires dans le domaine, citons des références telles que QualiPV, QualiSol et RGE, ce dernier étant synonyme de « Reconnu Garant de l’Environnement ». 

Mais au-delà de ces certifications, il est tout aussi crucial de s’attarder sur les retours et témoignages des clients précédents. Ces feedbacks, que l’on peut aisément dénicher sur des plateformes spécialisées, des forums ou même sur les réseaux sociaux, offrent une vision authentique de l’expérience client et du sérieux du prestataire.

Enfin, prêtez une attention toute particulière au devis proposé. Celui-ci devrait non seulement être transparent et minutieusement détaillé, mais également personnalisé à votre projet. Il est essentiel qu’il décompose clairement les coûts associés au matériel, à la main-d’œuvre, aux éventuelles démarches administratives et aux garanties. En outre, une mention sur les délais de réalisation, les modalités de paiement et les conditions de rétractation s’avère indispensable pour éviter toute surprise ou malentendu.

Après cette étape, il ne vous reste qu’à finaliser le projet ! Pour ce faire, vous devrez faire les démarches administratives qu’il faut et réaliser l’installation.

Faire les démarches administratives

Lorsque vous envisagez de mettre en place une installation solaire, il est primordial de bien anticiper les démarches administratives nécessaires, lesquelles sont fonction de la nature de votre installation, de sa puissance et de son emplacement.

Tout d’abord, il est souvent requis de soumettre une demande d’autorisation d’urbanisme. Cette étape devient incontournable pour les installations solaires dépassant une puissance de 3 kWc ou si l’installation modifie considérablement l’aspect extérieur de votre structure. Selon l’ampleur et la nature du projet, cette demande peut se manifester sous forme de simple déclaration préalable ou nécessiter un permis de construire.

Ensuite, si votre installation a pour objectif de réinjecter de l’électricité sur le réseau public, il faudra faire une demande de raccordement. Cette dernière est à adresser directement au gestionnaire du réseau, que ce soit Enedis ou un distributeur local. Suite à votre sollicitation, une offre de raccordement adaptée vous sera présentée.

Enfin, pour ceux qui souhaitent commercialiser tout ou une fraction de leur production solaire, une demande de contrat d’achat ou de vente est essentielle. Cette démarche s’effectue directement auprès de l’entité, qu’il s’agisse d’un fournisseur d’électricité traditionnel ou d’un opérateur local. La proposition de contrat qui en découlera sera calquée sur la réglementation en vigueur, garantissant ainsi une transaction transparente et sécurisée.

Réaliser l’installation

La première phase concerne la préparation du site. Cela implique un nettoyage minutieux et une sécurisation de la zone destinée à accueillir les panneaux. Il s’agit aussi de s’assurer de l’intégrité du support, que ce soit une toiture, une surface au sol ou une ombrière, tout en garantissant un accès aisé pour les étapes à venir.

Suite à cette préparation vient le moment d’installer les panneaux solaires. Ce processus dépend d’une fixation rigoureuse sur le support préalablement préparé. Il est essentiel d’optimiser l’orientation, l’inclinaison et même l’espacement entre les panneaux pour maximiser leur rendement en termes de production électrique.

Une fois les panneaux en place, l’étape du raccordement électrique suit son cours. Cela requiert de connecter les panneaux à l’onduleur, ou directement à des micro-onduleurs si ceux-ci sont présents. Ensuite, l’onduleur est raccordé au tableau électrique du bâtiment, complété par un compteur de production. Et dans le cas où votre installation serait destinée à être reliée au réseau électrique, l’ajout d’un dispositif de protection et d’un compteur de soutirage est de mise.

Enfin, une fois ces étapes accomplies, il est temps de mettre en service l’installation. Cette finalisation comprend une vérification approfondie du fonctionnement des équipements, d’éventuels ajustements et, surtout, des tests rigoureux pour garantir la sécurité de l’ensemble.

iddweb

Nous représentons un collectif de personnes qui partagent les mêmes valeurs : la protection de l'environnement et les manières de mieux consommer.

One Comment to “Passer à l’énergie solaire en entreprise : quelques étapes incontournables !”

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.