Zéro déchet pendant la pandémie de coronavirus



La pandémie de coronavirus a certainement beaucoup changé. Des choses que nous ne devrions/ne pouvons plus faire aux habitudes que nous avons dû repenser puis décider de changer, peu d’aspects de la vie quotidienne semblent rester intacts.

En ce qui concerne le zéro déchet, le faible gaspillage et la vie sans plastique, il est intéressant pour moi de voir tous les changements. Certaines entreprises ont adapté leur approche pour s’assurer de continuer à créer moins de déchets, d’autres n’ont eu d’autre choix que d’assouplir leur approche. Il en va de même pour les individus et leurs habitudes. Je voulais partager comment mes propres habitudes ont changé (et sont restées les mêmes) depuis l’arrivée de la pandémie. Nous avons tous des façons différentes de gérer les choses et des priorités différentes, et cela ne veut pas dire que ma façon de faire est la meilleure, ni je ne vous encourage à faire ce que je fais.

Selon l’endroit où vous vivez, cela peut même ne pas être possible pour le moment. Zéro déchet, ou peu de déchets, de toute façon – ce n’est peut-être pas une priorité pour tout le monde en ce moment, mais c’est toujours une priorité pour moi. Je crois que j’ai des palpitations à l’idée de jeter quelque chose à la décharge ! Bien sûr, j’ai dû faire des changements et des compromis (je pense que nous en avons tous, n’est-ce pas ?) mais j’essaie toujours de naviguer dans ces choix tout en gardant mes valeurs à cœur.

Mes habitudes zéro déchet qui n’ont pas changé Faire du shopping dans des magasins zéro déchet. La plupart des magasins zéro déchet ici à Perth en Australie sont toujours ouverts, et la plupart d’entre eux acceptent toujours vos propres contenants alimentaires .

J’ai eu la chance de pouvoir me rendre dans mes magasins zéro déchet habituels et de constituer mon propre stock en utilisant mes propres pots. Lorsque le taux de contamination était à son apogée, j’ai utilisé un service de plats à emporter où j’ai commandé et ramassé quelques articles dans des sacs en papier, mais la plupart du temps, j’ai pu acheter mes courses sans emballage .

Prendre (ou ne pas prendre) les courses, personnellement, je vois les repas sur place et les plats à emporter comme deux choses différentes. Je mange local quand je veux prendre mon temps, profiter de la nourriture et de la compagnie des gens avec qui je suis. Je reçois des plats à emporter quand je suis fatigué, qu’il est tard et qu’il n’y a rien dans le frigo. Parce que je refuse d’acheter des plats à emporter autrement que dans du carton, mes options se limitent à la pizza et aux hamburgers (végétariens). Ce ne sont pas les choses que je veux manger très souvent.

Avant Covid19, je prenais peut-être un petit-déjeuner quelques fois par mois, ou un café et un gâteau, et peut-être un dîner avec des amis une ou deux fois par mois. Je mangerais probablement de la pizza à emporter une ou deux fois par mois, généralement à la demande de mon partenaire. Quand les restaurants sont fermés, je ne peux pas manger à l’extérieur – mais je ne vois pas les pizzas à emporter comme un équivalent. À mon avis, ce sont des choses très différentes. Remplacer les repas sur place par des plats à emporter ne me convient pas. De plus, avec le réfrigérateur plus rempli que jamais, il n’y a pas d’excuse « il n’y a rien dans le réfrigérateur ». Donc mon habitude de plats à emporter n’a pas changé. Pizza, une fois par mois.

De delende economie

Vous m’avez probablement entendu parler du projet Buy Nothing un million de fois – c’est un réseau de groupes communautaires hyper-locaux qui permettent aux gens de troquer et de partager au lieu d’en acheter de nouveaux. De nombreux groupes Buy Nothing ont temporairement fermé en raison de la pandémie, mais le nôtre est resté ouvert aux demandes et aux « essentiels » (je vis dans une zone socio-économique défavorisée, et parfois nos membres ont besoin de nourriture et d’autres choses pour joindre les deux bouts) . à nouer).

Heureusement, bien que le nôtre soit encore limité dans sa portée, j’ai pu me connecter avec tellement de voisins dans le passé que j’ai un assez bon réseau pour emprunter, partager et donner en dehors de la structure du groupe. S’il y a une chose qui me manque le plus pendant ce confinement, c’est ma communauté. Normalement, il y a tellement de troc, de partage et de taquineries, et ça me manque terriblement. Je suis reconnaissant que notre communauté participe toujours et que la connexion soit toujours possible, même si ce n’est pas un patch sur l’arc.

Mes compromis zéro déchet pour le Covid19

Acheter de nouvelles choses Eh bien, jusqu’à présent, j’ai acheté une nouvelle chose – mais elle a enfreint à peu près toutes les règles que je suis. J’avais besoin d’un câble pour connecter mon moniteur à mon ordinateur portable. Depuis deux ans, j’utilise un câble que j’ai emprunté à un ami, qui a toujours dit qu’il s’agissait d’un prêt à long terme et qu’il pourrait en avoir besoin. J’ai essayé de ne rien acheter, mais personne n’en avait de rechange. Je n’ai pas trouvé de magasin d’informatique local. Je ne voulais pas simplement aller au centre commercial – et je savais que les fournitures de bureau étaient épuisées parce que tant de personnes ont commencé à travailler à domicile. J’ai donc utilisé le click-and-collect, chose que je ne fais jamais. J’aime soutenir les commerces de proximité qui n’ont pas ces services, éviter les grandes enseignes et privilégier l’occasion.

Ce n’était pas une option non plus, alors je suis allé à la grande chaîne pour recevoir mon câble – tout prêt emballé dans un sac en plastique. J’ai pensé à rendre le sac en plastique, mais c’était à ce moment-là que l’incertitude entourant Corona était à son apogée et je ne voulais pas rendre la tâche plus difficile pour le gars du magasin qu’elle ne l’était déjà. De plus, j’ai supposé qu’ils ne réutiliseraient pas le sac après tout. J’ai donc accepté et ramené à la maison mon premier sac en plastique depuis environ 7 ans.

Je n’ai rien eu à acheter d’autre, bien que je veuille un mortier et un pilon (j’essaie actuellement d’écraser ma graine de coriandre avec un couteau car mon robot culinaire ne peut pas le supporter)… mais je vais tenir le coup. Acheter des articles dans des emballages compostables (à la maison) Ma règle personnelle de réduction des déchets est d’éviter autant que possible les emballages. Je ne suis pas parfait, mais j’essaie toujours d’apporter mes propres bocaux/sacs/contenants et de dîner sur place plutôt que de sortir. Ou faire sans. Il est facile de s’en passer s’il existe d’autres options, mais lorsque celles-ci sont incluses, vos choix sont très limités. J’ai assoupli mes règles pour inclure des emballages entièrement compostables et biodégradables.

Cela signifie que je peux maintenant acheter de la crème glacée à la gelateria locale – ils utilisent des contenants de canne à sucre compostables, qui se décomposent avec succès dans mon bac à compost. Je suis à peine devenu fou – je pense que j’en ai utilisé environ 6 au cours des deux derniers mois. Je crois sincèrement que le mouvement zéro déchet consiste à utiliser moins de matériaux d’emballage et à adopter des produits réutilisables et consignés, et pas seulement à changer le matériau des emballages à usage unique. Dès que les produits réutilisables et les produits comestibles pourront être utilisés, je durcirai mes règles. Jusque-là, j’aime la crème glacée.

J’ai remarqué que quelques personnes de divers groupes zéro déchet disaient de l’endroit qu’elles aimaient utiliser des gobelets jetables pour soutenir leurs cafés locaux. Bien que j’aime le sentiment, c’est un endroit où je ne suis pas prêt à faire des compromis – et je ne pense vraiment pas que mon achat d’un café à 4 $ maintiendra un café en activité. Mais après avoir fait mon choix, j’ai découvert que le café le plus proche de chez moi propose un service de gobelets rechargeables Renome – des gobelets réutilisables pour lesquels vous payez une caution et que vous retournez pour le nettoyage lorsque vous avez terminé (si vous obtenez une recharge). à la boîte et il sera servi avec une tasse fraîchement nettoyée). C’est quelque chose que je peux soutenir.

Le système existe depuis un certain temps, mais jusqu’à présent, je n’avais aucune raison de l’utiliser. Ce qui est génial, c’est que la tasse est finalement remboursée, donc je n’ai pas à m’assurer de l’utiliser 17 fois (ce qui est le cas avec une KeepCup en plastique) pour compenser l’empreinte carbone. Tant que la tasse est utilisée si souvent, peu importe par qui. Et ce n’est plus « des trucs ». (Il y a une poignée de cafés près de Perth qui acceptent toujours les KeepCups, mais aucun dans ma région).

Soutenir la population locale, je pense, nous pousse tous à soutenir les entreprises locales de nos jours. Je n’ai pas le budget pour commander soudainement des plats à emporter tous les jours (en plus l’emballage me donnerait des palpitations cardiaques, et je suppose que mes artères ne seraient pas trop heureuses non plus). Je n’achète que des « choses » dont j’ai besoin, ce qui n’est pas grand-chose, et je ne vais pas acheter des « choses » d’un coup. Ce que j’ai pu faire, c’est soutenir les producteurs alimentaires locaux. J’ai commandé un supplément dans ma boîte végétalienne locale (dont je suis reconnaissant d’avoir déjà profité car bon nombre de ces programmes sont fermés aux nouveaux clients après une augmentation de la demande). J’ai trouvé un grand producteur de champignons – The Mushroom Guys – qui approvisionne généralement les restaurants, mais depuis le confinement on est passé à la vente de boites de champignons aux clients. J’ai un petit faible pour les champignons et l’un de mes objectifs est d’avoir éventuellement une installation où je peux faire pousser mes propres champignons).

Un ami vend des micro-pousses et j’ai commencé une commande hebdomadaire avec lui. Cela signifie que mes dépenses d’épicerie ont augmenté, mais comme il n’y a pas de dépenses pour manger ailleurs et que c’est une chose à court terme, je suis heureux de soutenir les producteurs locaux et de me faire livrer des aliments frais à ma porte. J’ai la chance d’avoir l’option, et je vais la prendre.

Ce qui manque au zéro déchet Le plastique sournois Oh, le plastique sournois ! Oui, j’ai été surpris en train de faire ça plusieurs fois. Lorsque vous magasinez dans les mêmes endroits et que vous achetez les mêmes choses, vous apprenez à éviter le plastique sournois, mais lorsque vous allez dans des endroits inconnus ou achetez des choses différentes, cela arrive. Un café local a commencé à stocker du pain d’une boulangerie et j’ai passé une commande pour le trouver dans un sac en plastique. J’ai demandé du riz à risotto en vrac avec ma boîte de légumes (ils gèrent également un magasin en vrac) et j’ai obtenu un paquet de plastique brillant à la place.

Cela me rend plus conscient pour la prochaine fois – parfois j’oublie que c’est ainsi que le font la plupart des endroits ! Peut-on être zéro déchet pendant le Covid19 ? En Australie, les choses ne se sont pas aussi détériorées que dans d’autres endroits jusqu’à présent, et les restrictions ne sont pas aussi strictes. Nous avons eu de la chance, et j’espère que nous le resterons. J’ai pu magasiner dans les grandes chaînes et utiliser des produits réutilisables, et assouplir un peu mes règles pour un peu de plaisir (ou de crème glacée, comme on l’appelle aussi).

Je sais que tout le monde n’a pas eu la même chance. Cela m’aide que mes routines quotidiennes n’aient pas été trop perturbées – je travaille régulièrement à domicile et je n’ai pas à naviguer dans l’enseignement à domicile. Ceci n’est pas une compétition. Je voulais juste vous dire comment j’ai fait les choix et quelle a été mon expérience. Je suis sûr que le vôtre a été très différent. Ce dont je suis le plus sûr, c’est que quelle que soit votre situation actuelle, quoi que vous deviez faire pour vous sauver, ce ne sera pas la fin du zéro déchet.

Nous nous en sortirons et je pense que notre détermination sera plus forte. En ce moment, rester en sécurité est la chose la plus importante. Maintenant, je veux vous entendre ! Comment la pandémie a-t-elle changé vos habitudes de réduction des déchets ? Qu’est-ce qui est resté le même pour vous ? Quelles choses avez-vous dû changer et quelles choses avez-vous choisi de changer ? Vos priorités ont-elles changé, et comment ? Il n’y a pas de mauvaises réponses et j’aimerais entendre parler de vos expériences et avoir votre point de vue là-dessus, alors partagez-le dans la section des commentaires ci-dessous !


Nous représentons un collectif de personnes qui partagent les mêmes valeurs : la protection de l'environnement et les manières de mieux consommer.

Advertisement

Trackbacks/Pingbacks

  1. Vivre plus écologiquement à petits pas - | - août 18, 2022

    […] ne sont pas bons pour l’environnement. Partout où vous regardez, vous voyez passer des déchets plastiques et des images d’oiseaux malades (aujourd’hui décédés) avec leurs estomacs pleins de […]

Laisser un commentaire